Lambersart, ma source (7) le second mandat municipal

Me voilà donc réélu en Mars 2008 pour un nouveau mandat.

Là encore, le but de cet article n’est pas de vous conter tous les évènements qui m’ont conduit à pendre cette décision qui aura tant fait parler en 2014… Mais je vais tout de même essayer de répondre franchement aux questions qui me sont régulièrement posées. Et vous narrez quelques anecdotes…

Dès le début je suis consterné de constater que l’adversaire de toujours, Claude Reynaert, est soudain devenu un fidèle serviteur de la « cause Daubressienne ». Il est immédiatement récompensé par un siège d’adjoint avec les émoluments qui y sont associés….Alors que certains membres de l’équipe Daubresse, fidèles au poste et à leurs convictions, eux, n’évoluent pas.

J’avale aussi ma salive de travers quand j’apprends que même l’ex-candidat du Front National, a été accueilli sur notre liste…

Qu’on soit bien clair, il est très important de faire la distinction entre l’homme, et les idées qu’il a choisies de défendre!

Ce monsieur est une personne très investie dans notre ville, il y fait un très bon travail, et il mérite le respect. A titre personnel, il a même mon amitié.

Mais il a choisi de prendre la couleur d’un parti politique extrémiste. Et pour cela il n’avait pas, pour moi, sa place sur notre liste. C’est juste une question de principe.On peut vouloir faire « l’union », mais certaines peuvent symboliquement ressembler à une compromission pour ratisser le plus large possible.

Mais je ne suis pas au bout de mes surprises dans ce domaine, je vois également avec perplexité Patrick Binet et Stéphane Acquette, élus respectivement d’une liste centre droit et de la liste socialiste, changer opportunément de crémerie en plein mandat pour rejoindre l’équipe majoritaire … Choix immédiatement récompensé pour Stéphane Acquette qui passe d’opposant bénévole de la liste socialiste à élu avec délégation (et donc indemnités) du numéro 2 de l’UMP…

Pendant ce temps là de fidèles soldats de l’équipe majoritaire continuent leur remarquable travail bénévolement sans aucune considération ni contrepartie. (J’ai une pensée particulière pour notre ami Ali Achouri…).

Je suis donc choqué par certains choix, mais je n’attaque jamais directement les personnes.

En effet, de manière global, je fais la distinction entre les personnes, que je respecte toujours (dommage que la réciproque ne soit pas toujours vraie), et leurs idées ou leurs choix que je peux combattre, mais cela n’a rien de personnel. Mais je reviendrais sur cette notion plus tard.

Mais à nouveau, lors de ce mandat, j’ai accepté que Marc Philippe Daubresse soit le chef, et j’ai signé un document où je m’engage à ne pas prendre en public une position contraire à celle de l’équipe.

Je respecterais d’ailleurs loyalement cet engagement jusqu’à la fin. Je m’exprime donc clairement en réunion de bureau, mais je ne trahis rien à l’extérieur.

Car oui, en tant que Conseiller Municipal Délégué, je siège donc au fameux bureau. Là où, je le pense encore, se prennent les décisions importantes.

Ma déception est de taille…

Oui, des problématiques sont exposées, et certains sujets débattus. C’est vrai.

Mais les grandes lignes sont posées et nous n’avons pas grand chose à dire… Comme la plage ou l’inénarrable « Soirée Blanche » où tout a été décidé sans même nous consulter.

J’enrage devant le peu de moyens de la jeunesse… Et mes propositions, telle que la création d’un conseil d’enfants, ne sont pas retenues.(Aujourd’hui encore, il n’y a que 2 animateurs jeunesse, réellement sur le terrain pour toute la ville de Lambersart… Une catastrophe.)

C’est lors de ce mandat, que la « cour » autour du couple Daubresse-Astruc s’est définitivement installée …L’anédocte la plus révélatrice a eu lieu lors de la nomination de Marc Philippe Daubresse en tant que Ministre de la Jeunesse…

Quand il a été nommé, j’étais très heureux! J’étais convaincu que cela aurait une influence durable sur la politique jeunesse de la ville. Je m’empresse alors de lui écrire plusieurs idées simples et rapides qu’ils pourraient peut être mettre en place en faveur de la jeunesse.

Happé à nouveau par la vie Parisienne (alors qu’il avait déjà juré de ne plus y retourner), il ne répondra jamais à mon courrier.

Jusqu’à ce qu’il se fasse remercier quelques mois plus tard… Il est de retour dans la ville, et inaugure avec moi un local mis à disposition de la jeunesse dans le quartier de la Cité Familiale (un local rénové et la plupart du temps fermé faute d’animateurs).

A cette occasion, il demande à me voir…

Souvent quand on voulait un rendez vous avec le maire, même en étant élu de la majorité, il valait mieux se montrer patient… Mais là non, il me demande de venir dès le lendemain midi…

Je vais au rendez vous ce jour là, en prenant bien soin d’amener un exemplaire de mes propositions pour la jeunesse! Je suis alors sûr que de retour sur ses terres et riche de son expérience, nous allons mettre des choses nouvelles en place.

Là, la surprise est de taille! Il me demande s’il est vrai que je suis en train de monter une liste contre lui, en compagnie de deux autres personnes, dont une que je ne connais même pas!

Je lui réponds à demi-abasourdi et à demi-amusé que je ne pensais pas être invité dans le bureau d’un ancien ministre de la République pour commenter le dernier ragot que ses sbires ont cru bon de lui remonter, sans que cela ait une seule once de vérité!

J’ajoute qu’il n’est pas obligé de me croire et que c’est son affaire, mais bien qu’il ne m’estime pas beaucoup, qu’il m’accorde quand même assez d’intelligence pour ne pas monter une liste en 2010 pour une échéance de 2014!!!

Enfin je lui demande de me donner un seul exemple de fait concret, de déclaration ou acte qui trahirait de ma part les engagements pris et qui ne sortent pas des « rumeurs » dont on semble l’abreuver… Evidemment, il n’y en a pas.

Nous en resterons là sur ce sujet lui et moi. Mais cette épisode m’a marqué car cela m’a donné une preuve irréfutable que l’ambiance de l’équipe devenait de plus en plus malsain.J’ai bien compris que mon tempérament en gêne certains, et que ces personnes alimentent le Maire à tort et à travers à mon propos.

Le mandat continue, et je pense faire de bonnes choses pour la jeunesse, avec le peu de budget de fonctionnement qui m’est alloué (environ 60000€ hors salaire… Soit un peu plus que le budget des seuls panneaux lumineux d’entrée de ville) :

– Relance du conseil des jeunes

– Lancement de la soirée des talents de l’humour

– Gala de boxe avec la présence de champions du monde (photo)

– Concours photo (Avec l’aide des fonds ministériels)

– Lancement du forum de l’orientation (à la demande du Maire)

– Entre autres…

Le passage du maire au gouvernement a permis de postuler et d’obtenir ponctuellement un budget plus important pour financer certaines actions en faveur de la jeunesse… C’est toujours ça!

L’ambiance au sein de la majorité est alors de plus en plus et progressivement délétère.

Nous arrivons en Juin 2013, deux clans sont alors clairement établis : la « cour » , et les autres…

Un soir, lors d’une réunion de liste qui sera pour moi mémorable, le Maire annonce qu’il se représentera et essaye de crever l’abcès.

Aujourd’hui encore, je garde ma parole de laisser les échanges confidentiels. Mais certains ont le courage de prendre la parole et de dénoncer certaines choses qui ne leur conviennent plus… Vous ne serez pas étonné si je vous dis que Bernard Coffyn, Yvon Cousin, Ali Achouri et moi-même notamment, avons parlé ce soir là.

La réunion semble constructive et les choses sont dites. Je conclus alors mon propos en disant qu’après ce que je venais d’entendre, je me laissais le temps de la réflexion pour voir si les choses vont vraiment changer et si je me réengage au sein de cette équipe.

Le but de chacun des intervenants était clair à ce moment là : faire changer de suite certaines mauvaises habitudes, et repartir ensemble en 2014 sur des bases plus saines.

Mais les choses ne changent guère et mes détracteurs cherchent une façon de mettre le feu aux poudres, et c’est un article dans la presse qui va leur en donner l’occasion.

Car parallèlement, je m’occupe toujours du FC Lambersart, et je défends à cette occasion l’intérêt des associations de la ville, qui pour moi, ne sont pas aidées de façon juste et équitable par la municipalité, notamment dans l’attribution des subventions.

http://www.lavoixdunord.fr/region/frederic-dehaeze-president-du-fc-lambersart-un-ia22b49742n1541666

Pour avoir défendu mon club, je me retrouve cloué au pilori. Et bien soit! Ce n’est pas faute d’avoir exposé à maintes reprises la situation et demandé à ce qu’on prenne en compte la réalité du terrain.

Parallèlement à ces évènements, et comme annoncé lors de la réunion de liste, je poursuis ma réflexion… Vais je me réengager auprès de Marc Philippe Daubresse en 2014 oui ou non?

Je suis loin d’être le seul dans ce cas là… La base de notre réflexion est la suivante : soit on obtient du maire certains engagements liés à ce qu’on appellera pudiquement « sa gouvernance » et on continue avec lui, soit on arrête… Car, à titre personnel, si je resigne pour un mandat de plus, c’est cautionner les pratiques que je condamne… Et ça, je ne le peux pas, même pour un poste d’Adjoint…

En Octobre, après avoir vu le maire et lui avoir proposé certaines conditions pour continuer un travail collectif et avoir essuyé un refus, Yvon Cousin annonce sa décision de partir en campagne contre lui!

Parmi ces conditions, une qui semble à chacun d’entre nous primordial et symbolique : que Brigitte Astruc, sa compagne, ne fasse plus partie de l’équipe municipale.

Il ne nous semble pas correct en terme d’éthique, ni sain pour l’équipe, que cette femme puisse cumuler autant de mandats et de fonctions.

En effet, le couple Astruc Daubresse a fait le choix de s’attribuer quasiment tous les pouvoirs possibles en cumulant plus de 7 fonctions différentes à eux deux, qui pour nous représentent pour chacune un temps plein, et en ont cumulé salaires, indemnités  et autres avantages… Jusqu’à atteindre des seuils de rémunération indécents en ces temps difficiles. Sans parler de la gouvernance qui découle de cette situation.

Pour nous cette façon de faire n’est plus de notre temps, et pose un gros problème de respiration de la démocratie.

Il n’y a pour autant rien d’illégal à proprement parler. On est juste sur une question de valeurs.

Mais je reste personnellement convaincu que les électeurs vont progressivement condamner ce genre de pratique.

De mon côté il n’y a aucune colère, aucune rancune ni aucune haine à leur égard.

Je les respecte en tant qu’homme et femme, respecte leurs équipes et le travail qu’ils accomplissent, et je n’hésiterais pas à soutenir encore demain les actions qu’ils entreprendront que je jugerais utiles et bonnes pour l’intérêt de ma ville.

Je ne renie d’ailleurs pas le fait que Marc Philippe Daubresse a été un bon Maire pour Lambersart. Mais progressivement, peut être avec l’usure du pouvoir (?),  trop de choses sont allés à l’encontre de mes valeurs…Jusqu’à ne plus me sentir  en phase avec sa façon de faire de la politique. Il était donc simplement honnête de ne plus continuer avec lui.

A ce moment là, de mon côté, je continue à faire mon travail d’élu à la jeunesse… Et je continue publiquement à garder la réserve qui doit être la mienne si on excepte l’article de la Voix du Nord vu plus haut.

Mais Marc Philippe Daubresse a compris qu’il n’arrivera plus à faire taire certains d’entre nous, et il passe à l’offensive :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/2013/11/10/municipales-lambersart-les-defections-dans-le-camp-de-marc-philippe-daubresse-se-multiplient-355039.html

Nous faisons valeur d’exemple au sein de l’équipe municipale… Et plusieurs élus qui partageaient pourtant nos arguments s’éclipsent discrètement…

J’avoue avoir été déçu par le manque de courage de certains… Mais finalement, c’est leur choix et leur conscience. Certains ont gardé leur délégation… Tant mieux pour eux!

D’autres ne plient pas! Et Ali Achouri, notre regretté ami, puis Marie Claude Chasseing nous rejoignent!

Je passerai volontairement l’histoire de la campagne… Il y aurait tellement à dire!

Je peux juste dire que j’y ai fait des rencontres extraordinaires, et pu voir à quelles bassesses la nature humaine pouvait se livrer…

Nous passons à un cheveux de l’exploit! D’abord en emmenant l’équipe Daubresse au second tour, ce qui n’était jamais arrivé! Puis en échouant à 366 vois près, dans une ville de près de 30000 habitants…

Quel dommage!

Mais voilà, nous avons certes perdu cette bataille, mais nous sommes bien décidés à défendre nos valeurs et porter la voix des près de 50% d’électeurs qui ont votés pour nous.

Je les remercie d’ailleurs du fond du coeur.

Janvier 2013, gala de boxe en compagnie d'un champion du monde et d'Ali Achouri

Janvier 2013, gala de boxe en compagnie d’un champion du monde et d’Ali Achouri

Certains d’entre nous ont perdu leurs délégations, mais ils ont retrouvé une liberté totale.

J’ai la faiblesse de penser, quand je regarde l’évolution des choses depuis les élections, que quelques uns de mes collègues doivent avoir de temps à autre un peu de mal à dormir…

En attendant, je suis toujours élu de ma ville et j’entame un troisième mandat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s