Débat d’Orientation Budgétaire de Lambersart

Ce jeudi soir se tenait le Débat d’Orientation Budgétaire de notre commune.

Grand moment de la vie démocratique de notre ville, il a pour but de confronter nos idées et nos points revue quant à la conduite des finances et des projets de notre commune.

Je vous propose de retrouver ici l’intégralité de mon intervention (en italique), suivi de celle de ma collègue Corinne Ferrier qui la complète, représentant ici le point de vue de notre groupe des Indépendants.

Qu’en pensez vous?

La Voix du Nord s’est fait l’écho d’une partie dans cet article :

 

Capture d’écran 2019-02-11 à 18.14.51

Voici, plus en détail, l’intégralité de notre intervention :

Madame la Maire,

Chers collègues,

Nous avons lu avec beaucoup d’attention le rapport d’orientation budgétaire que vous nous avez communiqué dans le cadre de la préparation du budget 2019 de notre ville.

L’exercice étant codifié, nous avons retrouvé un document respectant, tout au moins,  la structure demandée. 

Néanmoins, après avoir regretté que nous ne puissions nous baser sur des éléments concrets et définitifs concernant l’année 2018,  quelques points ont attiré notre attention :

Page 8 : Dans la partie tendances budgétaires de la ville de Lambersart, vous nous expliquez que la commune fait partie des villes du secteur à connaître la plus forte baisse de population. 

Cette baisse de la population a un impact sur les recettes fiscales de la ville. 

Vous prétendez que plusieurs facteurs sociologiques justifient cette décroissance démographique malgré un nombre de logements constant. 

Deux raisons semblent plus précisément se détacher pour expliquer cette décroissance : 

  • le vieillissement de notre population 
  • mais aussi les évolutions de la cellule familiale. (Divorce, famille recomposée etc)

Devant cet état de fait, incontestable, une seule solution selon vous : l’« obligation » de la ville à construire de nouveaux logements.

Sinon non seulement la population baissera (et les recettes de la ville aussi), mais en plus, et c’est là la seconde face du problème, elle continuera à payer une amende SRU pour son manque de logements sociaux (163000€ environ en 2019, soit pas loin d’1 point de fiscalité tout de même)

Vous concluez votre propos en expliquant que la ville est malheureusement dans l’impossibilité d’agir, en raison du blocage systématique de ses projets immobiliers. 

Ce paragraphe revient à rendre responsable de la situation uniquement les méchants habitants de Lambersart, qui ne font que s’opposer à vos projets. 

Evidemment, comme nous l’avons entendu lors des voeux, ces vils habitants ne sont motivés que par leurs intérêts strictement personnels, alors que la municipalité n’agit que dans l’intérêt général.

Cette présentation des choses nous interpelle à plus d’un titre.

D’abord sur la forme : 

Les données fournies dans le tableau d’évolution de la population datent d’il y a 4 ans!

Est on sûr à ce jour, et si oui par quel moyen, que cette tendance est bien confirmée?

Cette tendance est elle historique ou a t on des antécédents dans l’histoire de la ville?

Il serait intéressant de voir l’évolution démographique, en rapport avec les logements construits sur une plus longue durée. 

Surtout si ces données servent de support à des décisions aussi lourdes.

Et prendre en compte qu’il n’est pas étonnant de voir la génération du baby boom, couplé avec l’allongement de la durée de vie, causer un vieillissement de la population. 

Mais cela est cyclique! Et la population se renouvelle! Les personnes seules quittent leur grande maison et laissent la place à des familles!

Bref, sur le fond, vous déclarez que la ville a une « obligation de construire » . La construction, l’urbanisation, est donc le seul et unique remède à cette situation?

Pourquoi pas? Mais alors puisque les causes de cette situation sont les mêmes pour toutes les villes, comment vont bien pouvoir faire celles qui n’ont pas de réserves foncières ? 

Et notre ville ! Puisque sa réserve foncière est extrêmement limitée, qu’allons nous faire quand nous aurons utilisé ce fusil à un coup ? 

Si la tendance se confirme, la population risque de baisser encore,  et là,  non seulement nous n’aurions plus le levier de la construction,  mais en plus nous pourrions nous demander si la densification ne nous a pas fait perdre ce qui contribue à la qualité de vie de notre ville.

N’aurions nous pas alors une grande responsabilité si nous avons sacrifié la moindre parcelle de terre constructible ou aménageable qu’il nous restait?

Non seulement il n’y aurait plus, pour nos enfants, de possibilité de nouveaux logements, mais, et c’est sans doute pire, plus d’évolution possible de l’espace communal.

Pour nous, il ne s’agit pas de dire qu’il ne faut rien construire. Mais la construction mesurée est à privilégier, et non pas la construction à outrance, parfois en dépit du bon sens.

On ne peut pas passer d’une politique d’aménagement raisonnable et maitrisée durant plusieurs décennies, à une politique de densification urbaine tout azimut et précipitée, sur des fonciers qui existaient pour la plupart depuis trés longtemps. 

Les habitants ont raison de se poser des questions.

N’oublions pas que nous empruntons notre ville à nos enfants.

Concernant les recours dont vos projets font l’objet nous n’avons pas la même analyse. 

Et nous voudrions vous poser une question simple. Dans ces arbitrages, ces décision que vous avez prises pour remédier à cette situation de baisse de la population, que certains pourraient vous reprocher de ne pas avoir anticipé d’ailleurs, quelle est la place que vous laissez aux habitants ?

En effet, vous êtes les élus de NOTRE ville, pas de VOTRE ville.

Lorsque vous avez proposé un programme à nos concitoyens en 2014 aucun de ses projets de construction n’était annoncé. AUCUN. (En dehors des mucheaux)

Pourtant même si on peut se laisser persuader que vous ignoriez alors la baisse de la population, l’amende SRU était déjà connue elle ! Même si une loi intermédiaire est venue la durcir.

Puis, du jour au lendemain, vous avez balancé un magazine municipal qui ressemblait davantage à un journal immobilier listant tous les endroits de la ville,  où, sous prétexte de faire de la gestion dynamique du patrimoine, termes savants jamais apparus durant la campagne quelques mois plus tôt, vous aviez décidé de construire.Quasiment PARTOUT où cela était possible.

Comment voulez vous que les habitants, qui vont subir ces décisions pour lesquelles ils n’ont pas été associés, et ne vous ont pas donné mandat, puissent rester sans rien faire?

N’y a t il pas avant tout un problème de méthode et de considération des habitants?

Car, excusez moi, concernant le projet Izidom, qui est prévu dans une rue de Canteleu, que vous puissiez vous cacher derrière un hypothétique intérêt personnel… Pourquoi pas ? 

Mais pour la vente du stade Lefort, les recours sont portés par des gens qui ne sont parfois pas des voisins directs ! 

Et c’est vrai qu’on peut s’inquiéter de voir : 

– notre entrée de ville défigurée

  • une des artères les plus bouchées de la ville avec plus de 50 véhicules supplémentaires potentiels
  • un des seuls espaces verts du quartier bétonné. Surtout quand on se souvient que peu avant les élections, vous aviez abandonné un projet similaire à quelques dizaines de mètres de celui-ci. 

Sincèrement, êtes vous surpris que certains habitants puissent se sentir trahis?

Et revenons sur Izidom. Que la ville souhaite voir un immeuble accueillant un public particulier, qui en a besoin, est tout à son honneur. 

Mais quelle garantie pour les habitants du quartier? 

L’un d’entre vous habitent ils seulement le coeur de Canteleu? Se garer est impossible ! 

C’est la guerre pour les habitants au quotidien! 

Et vous annoncez l’arrivée de 25 logements avec seulement 9 places de parking! C’est insensé! 

Les habitants ne sont pas opposés au principe d’un projet! Ils veulent juste qu’on essaye de sauvegarder ce qui peut encore l’être. En équilibrant notamment l’offre de logements et de stationnements. 

Sont ils à bannir publiquement pour cela?

Et qu’on ne vienne pas nous dire que statistiquement, sur la population visée par le programme, il ne devrait pas y avoir une majorité de conducteurs! 

Les avis sur les statistiques et leur fiabilité semblent d’ailleurs à la mode , je ne résiste pas à vous citer moi aussi Churchill : « Je ne crois jamais à une statistique à moins de l’avoir moi même falsifiée »

La vérité c’est qu’on en sait rien du tout ! 

Et qu’en attendant,  ce sont les habitants de Canteleu que vous forcez à jouer à la roulette russe !

Dans ce quartier, je connais des personnes âgées ou à la mobilité contrariée qui n’osent plus sortir après 17h de peur de devoir tourner des heures à la recherche d’une place qu’ils finiront par trouver parfois à plusieurs centaines de mètres de leur logement!

Vous imaginez leur désarroi ?

Non, il est injuste de reprocher aux habitants de tenter de préserver leur quartier. Surtout à Canteleu ! Mais peut être devriez vous remettre en cause votre méthode et écouter les citoyens?

Et accepter que votre analyse, n’est peut être pas la leur.

Allons jusqu’au bout ! Vous agitez le spectre de l’augmentation inéluctables des impôts, ou la baisse des services municipaux si vous ne construisez pas.

Cela veut dire quoi? Représente quoi?

D’abord, une remarque de bon sens… Moins d’habitants, donc moins de personnes à servir…C’est somme toute logique.

Et puis surtout, êtes vous sûr que si vous proposiez de choisir aux habitant de Canteleu de voir leur impôt augmenter en contre partie de la sauvegarde et du réaménagement en espace publique du stade Guy Lefort. Etes vous certains que le projet d’urbanisme l’emporterait?

Loin de nous complaire dans la critique et les attaques stériles, nous vous proposons ici une solution : Consultez les habitants ! Et respectez leur choix.

Concernant le second volet de cette partie logement, je veux évidemment parler de la loi SRU, là encore on ne peut que s’étonner de l’incohérence existant entre le constat mathématique et les décisions prises !

D’un côté on crie « aux loups » il manque des logements, et en particulier des logement sociaux. 

Et de l’autre, on vend deux des plus beaux fonciers restant à notre ville: 

A savoir : 

  • Une partie du stade Lefort pour faire des logements privés de standing 
  • Les serres Casier, dont le prix de vente peut nous interroger (je vous rappelle que j’ai évalué le manque à gagner de la ville sur cette vente à hauteur de 350000€ minimum), là encore pour faire des logements strictement privés

Les Lambersartois payent donc non pas une double mais une triple peine : 

  • Ils voient leur quartier changer de visage alors qu’ils n’ont pas donné mandat pour cela
  • Ils voient les possibilités d’aménagements futurs concertés disparaitre
  • Ils voient leur ville accentuer le poids de l’amende SRU puisqu’il n’y a pas dans ce projet de logement social

Pour nous, la situation de tension est donc logique. Nous ne faisons pas de procès en sorcellerie, mais nous vous demandons de faire de la vraie démocratie participative. Et de reconsidérer certaines décisions d’aménagement afin de respecter les citoyens et l’intérêt général.

Je continue l’exploration de ce document,  et je me rends maintenant page 10 concernant le tableau d’évolution des recettes liées aux dotations et à la fiscalité indirecte. 

Là encore j’ai une question simple à vous poser : où se trouvent les données de la fiscalité indirecte ? 

Ce tableau présente une carence fondamentale :  il ne fait pas apparaître le montant des droits de mutation autrement appelés frais de notaire. 

C’est extrêmement fâcheux puisque ce chiffre, variable par essence,  devrait être historiquement haut en 2018 et  donner une marge de manœuvre considérable à notre ville. Il me semble anormal que nous n’en ayons pas d’approche dans ce tableau.

Serait il possible de nous communiquer ce chiffre dès que possible ?

Merci d’avance.

Suite de nos propositions par Corinne Ferrier :

Page 12 le document s’attache à nous présenter les enjeux financiers liés aux personnels de la ville. 

Quelques chiffres nous interpellent.

Dans la colonne éléments de paie nous pouvons constater un chiffre de près de 175000€ d’heures supplémentaires.

N’y a t il pas ici un axe d’amélioration dans l’approche des missions de nos agents ?

Cette somme représente tout de même l’équivalent d’environ  5 temps pleins de catégorie C en début de carrière.

D’autant qu’il existe de nombreux vacataires en attente d’une situation stable, et pour lesquels une annualisation du temps de travail serait profitables.

La somme de près de 2 500 000€ de primes et indemnités pour nos 419 agents Equivalent Temps Plein nous parait également surprenante ! Cela fait une moyenne de 5905, 84€ par agent.

Peut on connaitre la répartition de ces primes et indemnités, en particulier par rapport aux catégories de personnels concernés?

Nous avons noté avec satisfaction la prime de 100€ promise au personnel, serait il possible de nous communiquer combien d’agents l’ont effectivement perçue à ce jour?

Concernant les orientations 2019, nous vous suggérons d’établir un plan pluriannuel de formation pour le personnel afin d’anticiper les mouvements tels que les départs en retraite et les reclassements. Il existe déjà peut être mais il n’est pas indiqué dans le document. Et certains mouvements de personnel nous laisse penser qu’il pourrait être perfectible.

Une fois l’analyse de ce document réalisé nous nous efforcerons maintenant nous montrer constructifs afin de vous proposer quelques orientations budgétaires qui nous semblent importantes : 

Bien entendu, nous sommes conscients que préconiser une révolution n’aurait aucun sens, voir aucune nécessité. 

Aussi, nous choisissons de pointer du doigt quelques domaines qui nous semblent prioritaires : 

1 er Domaine : Patrimonial et vie associative

Nous soutenons les dépenses engagées telles que, entre autres,  la rénovation des écoles Pasteur et Nadaud ou la poursuite de la mise en accessibilité des bâtiments communaux. 

Nous vous demandons de rester vigilant sur l’entretien du patrimoine existant (on se souvient du côté pile du centre de Gaulle sans le côté face!)

Nous vous demandons de respecter les engagements pris par rapport aux structures sportives de la ville. (Skate Parc et terrains synthétiques)

2 eme Domaine : Démocratie Participative – Solidarité et santé

Nous souhaitons la création d’un vrai budget participatif avec un vrai pouvoir décisionnel. 

Nous souhaitons une vraie concertation sur les projets structurants de notre ville qui ne figuraient pas dans votre programme.

Nous souhaitons une vraie consultation de nos ainés, notamment sur la qualité des repas qui leurs sont servis,  et les moyens de les améliorer si nécessaire.

3ème domaine : Jeunesse Familles

Nous voudrions tirer la sonnette d’alarme sur l’urgence qui existe à reprendre immédiatement une politique volontariste en faveur de la jeunesse et de la prévention.

La disparition du club de prévention, les moyens limités du centre social, ne suffisent plus à réaliser ces missions essentielles.

La presse s’est faite l’écho de problèmes qui auraient pu être graves avec des jeunes du Pacot Vandracq. Nous en connaissons quelques uns et nous les avons questionnés. 

Leur réponse est sans appel : 

  • Pour nous, le soir après l’école, il n’y a rien ! 

Pas un seul animateur de rue, pas un local où ils peuvent se retrouver, pas, dans l’état actuel des choses, de propositions d’activités adaptées. 

Alors qu’allez vous faire ? 

Nous ne doutons absolument pas de la bonne volonté des services. Mais il doit y avoir derrière une volonté politique. Lucide et réaliste. Qui se dote de moyens adaptés. 

Il ne nous semble pas que ce soit le cas. Nous sommes à votre disposition pour vous aider à tenter d’établir un dialogue constructif avec certains de ces jeunes.

Le statu quo n’est plus possible, et la situation nous semble grave.

4ème domaine : Développement Durable

La ville semble concernée par cet enjeu majeur et c’est tant mieux.

Nous souhaiterions voir engager une politique volontariste de recensement des tâches,  permettant de mettre en place quand cela est possible du télétravail. 

Cela réduirait l’impact sur l’environnement causée par des agents faisant parfois plusieurs dizaines de kilomètres quotidiens pour s’acquitter d’un travail qu’ils pourraient trés bien réaliser de chez eux.

Dans le même esprit, nous aimerions que la ville se dote de vélos ou de trottinettes électriques à destination du personnel. Est il vraiment utile de prendre sa voiture pour se déplacer du pole animation à la mairie voir au centre de Gaulle ? 

5ème domaine : Fiscalité

Nous ne reviendrons pas sur la façon dont la majorité a voté la fin de l’abattement général à la base.

Par contre, force est de constater que la ville a fait une bonne opération financière à un moment où sa capacité d’autofinancement devenait critique, au détriment des Lambersartois qui n’ont pas pu bénéficier pleinement des décisions gouvernementales.

Il nous semble donc impératif que la ville « compense » significativement cette perte sèche pour les Lambersartois en proposant une baisse du taux de la ville lors de la présentation du prochain budget.

Nous espérons pouvoir en débattre concrètement dans une commission des finances futures.

Voilà mes chers collègues nos réflexions et nos contributions à la mise en oeuvre d’un budget qui, nous l’espérons, sera bienveillant, c’est le thème de cette année 2019,  envers le respect de l’intérêt général, et envers nos demandes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s