Lettre ouverte aux élus de la majorité minoritaires.

IMG_0080

Suite aux évènements du dernier Conseil Municipal sur lequel je reviendrai en détail trés prochainement en reprenant mes interventions, je tenais à vous partager cette lettre ouverte que j’ai adressé ce soir à mes collègues.

Car la situation est grave.

Oui, chacun peut avoir une évolution politique personnelle en son âme et conscience.

Oui, je respecte profondément le travail et l’engagement de ceux qui choisissent de donner de leur temps à la cause publique. Adversaire ou pas.

Mais non, je ne peux rester silencieux quand des comportements peuvent jeter l’ambiguÏté et ternir l’image des élus locaux.

Et non, la fin ne justifie pas tous les moyens.

Voici cette lettre :

Mes chers collègues,

Suite aux évènements qui ont émaillé le dernier Conseil Municipal, je me sens dans l’obligation morale de revenir vers vous.

En effet, j’ai pu entendre ou lire ici ou là, de l’étonnement, du questionnement, par rapport à mes interventions. J’ai même découvert quelques libertés prises avec mes déclarations. Aussi, il me parait très important de clarifier les choses.

J’espère que ces lignes vous inviteront à faire de même.

Vous avez été élus, (et même pour la plupart d’entre vous réélus pour la énième fois) en promettant allégeance à une liste politique.

Cette liste était conduite par Marc Philippe DAUBRESSE jusqu’au moment où il a décidé de partir sous les ors du Sénat.

A ce moment, vous avez élu, à l’unanimité faut-il le rappeler, Christiane KRIEGER Maire de Lambersart.

Elle vous a remercié de votre confiance, en vous confiant des délégations. C’est à dire que contrairement à de simples conseillers municipaux bénévoles, vous acceptiez de prendre en charge la bonne exécution des politiques que votre Maire vous a confiées, moyennant des indemnités mensuelles.

Et vous avez mené ENSEMBLE les affaires municipales, prenant toutes les décisions, et les votant ensuite à l’UNANIMITÉ, sans tenir compte des interventions des opposants au sein du Conseil Municipal, dont je suis.

Que ces interventions soient critiques ou constructives, elles ont toujours été traitées avec le même mépris collectif. Mais c’est un autre sujet.

Il en est de même pour le budget 2019 que vous avez co-créé, défendu et voté en mars 2019.

En Juin 2019, votre Maire proposa un débat en interne au sein de votre équipe, puis un vote, afin que vous puissiez déterminer ensemble qui serait votre tête de liste pour les municipales à venir.

De justesse, Madame KRIEGER a obtenu la majorité, et l’investiture de votre liste pour vous représenter en 2020.

Rien ne vous obligeait à participer à ce vote! Mais si vous y preniez part, c’est bien que vous en acceptiez le principe et la légitimité. Sinon pourquoi s’y conformer?

Pourtant, en Juillet 2019, Monsieur CAUDRON, 1er Adjoint, déclarait sa candidature dissidente  et défiait Madame KRIEGER… Tout en conservant son poste!

Interviewé dans la presse au début de ce mois, Monsieur CAUDRON expliquait continuer à travailler avec Mme KRIEGER, et ne voyait d’ailleurs pas de problème à cela, estimant de son point de vue « faire le travail » et savoir faire la part des choses.

Cela n’est pas sans rappeler une époque, pas si éloignée que cela, ou un premier adjoint en fonction annonçait lui aussi à peu près à la même époque, défendre une autre vision de l’avenir, qu’il souhaitait présenter aux suffrages des habitants en Mars 2014.

Lui aussi pensait pouvoir aller au bout de son mandat avec ses délégations, ainsi que ses futurs colistiers. Il estimait, et à juste titre à mon sens, faire le travail.

Lui aussi avait plusieurs décennies de bons et loyaux services à son actif. Je ne vous cache pas qu’à l’époque, je croyais aussi cela possible.

La démocratie est censée permettre à chacun d’exprimer des idées aussi différentes soient elles, tant qu’elles restent dans le cadre démocratique.

Pourtant ce ne fut pas la décision prise par la majorité qui, au grand désarroi de l’élu concerné, prirent sans hésitation la décision de la sentence suprême en lui retirant ses délégations.

Cette décision était d’ailleurs motivée par un texte cosigné par un certain nombre d’élus que vous pouvez retrouver dans le Procès Verbal du Conseil Municipal du 13 décembre 2013,et que la plupart d’entre vous ont consigné : « Nous avons appris récemment avec beaucoup de tristesse, que trois (aujourd’hui vous êtes au moins 7) de nos collègues reviennent sur leur engagements initial pour des raisons essentiellement personnelles (…)
Nous déplorons ce manque de loyauté et nous regrettons que leur honnêteté intellectuelle ne les ai pas conduit à démissionner de la responsabilité de l’exécutif si ils n’étaient plus en phase avec les décisions et le fonctionnement de notre équipe. »

Nous retrouvions parmi les signataires :

Christophe CAUDRON, Claude REYNAERT, Alain MAZEREEUW, Christophe CONVERT, Laurent FRAPPART et Stéphane ACQUETTE soit la quasi totalité de ceux qui aujourd’hui font exactement la même chose.

Depuis des décennies, le Conseil Municipal se prépare et se déroule de la façon suivante :

Vous effectuez des réunions préparatoires où vous évoquez ces sujets entre vous d’abord,  puis en présence de l’opposition lors des commissions municipales.

Vous débattez des sujets qui sont proposés en délibération dans l’une et l’autre des instances si nécessaire.

Vous les votez en Conseil Municipal où les décisions prises deviennent officielles.

Or, lors du Conseil Municipal du 9 octobre dernier, le premier depuis votre déclaration de candidature, alors que nous ne vous avions quasiment pas entendu en commission préparatoire, voilà que vous avez tenté de bloquer un certain nombre de décisions nécessaires à le bonne marche de la commune.

Vos principaux arguments pour cela étaient le manque de vision financière (d’un budget que vous avez pourtant élaboré et voté!) ou le manque de concertation des habitants (dont vous avez pourtant la délégation et donc la responsabilité).

Ces critiques étaient faites en séance publique du Conseil Municipal, et non en commission de travail comme la loyauté l’aurait exigée.

C’est à ce moment que j’ai demandé la parole, et que je vous ai mis face à vos incohérences.

Car, sachez-le, je ne cultive aucune rancœur à votre égard, et je n’ai aucun autre objectif que l’intérêt général de notre ville.

Mais justement, était-ce l’intérêt général de notre commune que de bloquer une délibération qui n’était que la suite logique du budget que vous aviez voté? Ce blocage risquant d’empêcher le versement des salaires des employés de la ville à la fin du mois.

Le personnel de la ville, qui réalise un travail admirable dans des conditions parfois difficile méritait-il d’être la victime potentielle de votre nouveau choix politique?

N’était-ce pas une prise d’otages ? C’est ce que j’ai dénoncé. Et je pense que le terme était approprié.

Car entendons-nous bien, il n’y a rien de personnel, et je serai le premier à défendre votre droit de changer totalement votre façon de voir la vie politique et son action, quand bien même votre prise de conscience, reprenant à votre compte ce que l’opposition vous dit depuis des années, semble tardive et surtout forte à propos à 6 mois des prochaines municipales.

Mais comme beaucoup de Lambersartois, je m’interroge sur la cohérence qui  vous anime.

Vous avez condamné par le passé sans hésitation les collègues qui pensaient pouvoir avoir la même démarche.

Alors  pourquoi ne pas avoir été cohérent avec VOS VALEURS en démissionnant de vos responsabilités et en formant un nouveau groupe politique au sein du Conseil Municipal?

Si vous l’aviez fait, votre attitude aurait été cohérente et respectable. Je ne serai pas intervenu.

Aujourd’hui, on ne peut que constater qu’en gardant un pied dedans et un pied dehors, vous allez toucher près de 55000€ d’indemnités, et donc d’argent public, entre le moment de votre déclaration et celui des élections.

En d’autres termes la confiance que continue de vous accorder notre Maire financera largement votre campagne à venir…contre elle!

Cela est parfaitement légal mais est-ce bien moral à l’heure où les électeurs ne supportent plus ce genre de choses?

Bien sûr, et heureusement, vous continuerez à tenir vos délégations, mais au sein d’une équipe dont vous restez membres, tout en n’en respectant plus les règles, ni les décisions.

Cela n’est pas digne de vos qualités et des valeurs morales que vous prétendez défendre. Cela n’a également plus aucun rapport avec l’intérêt général de notre ville.

Aussi, je vous demande solennellement de vous mettre en accord avec vous même en rendant immédiatement vos délégations à Madame Le Maire.

L’argent de vos indemnités ainsi économisé permettra d’aider au financement de notre commune, ce dont elle a bien besoin.

Vous n’avez pas manqué de le souligner durant le Conseil Municipal.

Pour conclure, et mettre fin aux dernières ambiguïtés, je veux bien sûr réaffirmer ici mon respect de votre choix personnel, à partir du moment où il est assumé jusqu’au bout.

Mais aussi que notre groupe reste totalement libre et indépendant.

Puissions nous terminer ce mandat en élevant le débat politique, en évitant les attaques personnelles, et en proposant des projets dont les Lambersartois seront les premiers bénéficiaires.

Respectueusement,

Frédéric DEHAEZE

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s